Radepont > Des Russes s’offrent le château de l'Armée du Salut

Déserté par la Fondation de l’Armée du Salut qui l'avait mis en vente en juin 2011, le château vient d'être acheté par un couple russe qui rêvait d'une telle acquisition.

09/04/2013 à 13:33 par ahebe

Le château de Radepont est désormais la propriété d'un couple russe
Le château de Radepont est désormais la propriété d'un couple russe

La seule à avoir rencontré ses nouveaux administrés, le maire Françoise Fournier a été quelque peu rassurée. « Apparemment, ils sont tombés amoureux du château. Ils veulent le réhabiliter et lui redonner une seconde jeunesse. Mais c’est vrai qu’il est dommage que ce domaine, jusqu’à présent ouvert au public soit devenu une propriété privée. » Si le maire reconnaît être désolé de voir ce patrimoine passé à l’étranger, elle souligne cependant « que cela va permettre d’entretenir et d’embellir les lieux ».
Les riches Slaves auraient ainsi réalisé un rêve de toujours, à savoir posséder un château en France. Loin de vouloir venir goûter aux joies de la vie dans la région, les nouveaux propriétaires veulent en faire leur résidence secondaire. Avant de profiter de leur beau cadeau de plus de deux millions d’euros, ils vont devoir réaliser d’importants travaux.

Travaux titanesques

Selon nos informations, pour assainir, réhabiliter, isoler, en somme entièrement retaper les lieux de la cave au grenier, il faudrait investir entre 4 et 5 millions d’euros, le bâtiment n’étant pas de prime jeunesse. « Ce couple veut totalement refaire le château dans son esprit d’origine pour qu’il garde son cachet qui leur a tant plu. » Une coquette somme et des travaux titanesques qui n’ont pas effrayé les nouveaux Ratispontains à l’accent slave. Après quelques jours passés en France, et en Vallée de l’Andelle, les nouveaux châtelains de Radepont ont donc regagné leur contrée lointaine avant de revenir dans les mois à venir.

L’abbaye de Fontaine-Guérard bientôt vendue

L'Abbaye de Fontaine Guérard serait également sur le point d'être vendue
L'Abbaye de Fontaine Guérard serait également sur le point d'être vendue

Après la vente du Château et des terres, seule l’abbaye de Fontaine-Guérard appartient encore à la Fondation de l’Armée du Salut… du moins pour quelques semaines. En effet selon nos informations, le compromis de vente de l’abbaye cistercienne serait en passe d’être signé.
L’offre de 400 000 euros d’un particulier français viendrait d’être acceptée par la Fondation, qui en décembre dernier avait retoqué celle de la Communauté de communes de l’Andelle d’un montant de 10 000 euros, ainsi que d’autres, faites par des habitants du cru oscillant entre 200 000 et 300 000 euros.
« La Fondation a refusé notre proposition, explique Jacques Poletti, vice-président de la Communauté de communes de l’Andelle (CdCA), abandonnant de fait les chantiers d’insertion. Car si notre offre était de 100 000 euros, nous ajoutions 150 000 euros, pour faire travailler ces chantiers sur notre territoire, à hauteur de 50 000 euros de travaux par an durant trois ans. » Pour l’élu, cette situation sera dommageable pour le territoire. « Nous avons pourtant tout fait pour trouver une solution afin de pérenniser ces chantiers d’insertion sur le site de l’abbaye. Ne pas avoir ce patrimoine dans notre escarcelle va stopper le développement touristique de la Vallée. » Maire de Radepont, Françoise Fournier estime elle, qu’ « il est dommage qu’aujourd’hui, l’Armée du Salut ne cherche que la rentabilité alors qu’à l’origine elle fit du social ».
Quant au maintien de l’ouverture des lieux au public, l’abbaye étant classée monument historique depuis 1937, le futur propriétaire sera le seul à décider. Selon nos sources, il semblerait cependant que cette personne soit favorable à permettre au grand public de découvrir les ruines datant du XIIIe siècle.

Sans commentaire

Sollicitée, la Fondation de l’Armée du Salut n’a souhaité commenter ni la vente du château de Radepont, que l’on nous a cependant confirmé, ni celle à venir de l’abbaye de Fontaine-Guérard. Pourtant en septembre 2011, lorsque nous révélions la mise en vente du domaine obtenu en legs en 1939, il nous avait été dit : « Nous communiquerons lorsque l’affaire sera faite. » (lire notre édition du jeudi 15 septembre 2011). Mais à ce jour toujours rien.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne