Gisors Interview. Laurent Longet : « M. Rassaërt ne fait pas de politique autrement, il fait pire ! »

À mi-mandat, Laurent Longet a choisi de sortir de son silence, et estime que la jeune garde de la droite aux commandes de la Ville « fait pire que ses aînés ».

04/03/2017 à 23:15 par gvois

Laurent Longet a choisi de sortir de sa réserve.
Laurent Longet a choisi de sortir de sa réserve.

Alors qu’il vient de claquer la porte du Parti socialise, dans lequel il avoue « ne plus se reconnaître », Laurent Longet, candidat malheureux à la mairie de Gisors en 2014 dresse « son » bilan de l’action de la majorité municipale (cet entretien a été réalisé avant les élections des primaires de la gauche NDLR).

Après plusieurs années de discrétion sur la scène politique locale, pourquoi avez-vous souhaité reprendre la parole dans ces colonnes ?

Cela fait maintenant trois ans que je me suis mis en retrait, après la lourde déception que j’ai dû affronter en 2014 alors que je m’étais préparé à devenir maire. Pourtant, si nous avons été battus, ce n’est ni sur notre programme, ni sur nos analyses, mais uniquement en raison d’une sanction nationale des électeurs. Après avoir hésité à renoncer à la politique locale pendant un temps, je me sens désormais prêt à me réinvestir davantage, d’autant que j’ai continué à honorer mes mandats.

Attention aux ascensions fulgurantes, et aux chutes vertigineuses

Pourquoi avoir récemment choisi de quitter le Parti socialiste ?

J’ai quitté définitivement le PS car je ne m’y reconnais plus. Je ne dois plus rien à personne sauf à mes électeurs. Je ne me suis pas préoccupé des élections primaires, c’est leur affaire. Pour les présidentielles, je pense qu’Emmanuel Macron est celui qui incarne le mieux notre époque. Il veut aller de l’avant dans le cadre de la révolution technologique que nous sommes en train de vivre.

Comment jugez-vous la politique menée depuis trois ans par la majorité ?

Je peux dire que Monsieur Rassaërt ne fait pas de la politique autrement, il fait pire que ses aînés ! En séance de Conseil communautaire, il vote une motion contre la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales, et aujourd’hui il ose afficher son soutien à Monsieur Fillon qui veut doubler le poids de ces baisses. C’est un beau retournement… Idem pour le nombre de fonctionnaires territoriaux, qu’il fait pourtant applaudir pendant ses voeux.

Sur les finances, il agit comme je l’aurais fait, mais avec beaucoup de brutalité dans la vitesse d’exécution. Certes, il ne faut pas augmenter le taux des impôts, certes il faut attirer plus d’habitants. Mais on constate pourtant une chute du nombre d’administrés, le territoire ayant perdu près de 500 habitants en quatre ans. Ce n’est pas le signe d’une politique prospère.

Que pensez-vous des investissements programmés ?

Une grande partie de ce que nous avions annoncé, tant concernant la situation financière de la Ville que la nécessité de renoncer à certains projets trop coûteux comme celui de Marché plus s’est avéré tout à fait proche de la réalité depuis trois ans. Idem pour d’autres projets que je n’attaquerai pas concernant la politique actuelle de la majorité : déplacement de l’office de tourisme ou encore hausse du nombre de policiers municipaux…

Par contre, la nouvelle salle des fêtes est faite de bric et de broc : pas d’isolation, aspect de hangar… Idem pour le cinéma : mélanger salle de projection et salle de spectacle ne me semble pas sérieux. Et bien entendu, tout sortira en 2020, pour afficher un bilan en vue d’une réélection.

Quel regard portez-vous sur le choix du maire, Alexandre Rassaërt de se porter candidat (LR) aux élections législatives ?

Quitter Gisors pour devenir député sans avoir achevé son mandat local, cela me surprend. Les Gisorsiens lui en tiendront rigueur, j’en suis persuadé. Même si je ne doute pas de son intérêt pour le devenir de notre ville, il faut quand même bien dire qu’il s’est servi de Gisors comme d’un marchepied pour sa carrière politique. Attention aux ascensions fulgurantes, et aux chutes vertigineuses…

Vous siégez au sein de la jeune Communauté de communes du Vexin normand, que pensez-vous de cette nouvelle instance ?

Je suis très satisfait de cette nouvelle communauté de communes. Je pense qu’il ne fallait pas partir avec la communauté d’agglomération de Vernon. Cette instance est faite pour mutualiser les services, et en ce domaine il faut passer à la vitesse supérieure, notamment en matière de tourisme.

27140 Gisors

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne